Appel à candidatures | Call for applications : Bourse Julien Hivon en éthique animale | Julien Hivon Scholarship in Animal Ethics

April 15, 2020 Leave a comment

English follows

Le Groupe de recherche en éthique environnementale et animale (GRÉEA) est heureux de lancer un concours de bourse d’études supérieures en éthique animale suite à une donation de Julien Hivon (« bourse Julien Hivon »).

Une bourse de 2000$ sera attribuée pour l’année 2020-2021 à un·e étudiant·e à la maîtrise ou au doctorat affilié·e à une université de la région métropolitaine de Montréal dont les travaux portent sur des questions d’éthique animale, comprise au sens large. Les candidat·es qui démontreront leur capacité à transmettre le résultat de leurs recherches au grand public et/ou à utiliser leurs recherches pour produire des changements sociétaux au bénéfice des animaux seront privilégié·es.

Il est attendu de l’étudiant·e récipiendaire que celle-ci ou celui-ci participe aux activités du GRÉEA. En retour, elle·il pourra bénéficier d’une aide logistique et financière pour l’organisation d’activités relatives aux thèmes de recherche du GRÉEA et pourra également disposer, de manière conditionnelle à la disponibilité d’espaces, d’un bureau de travail au Centre de recherche en éthique (CRÉ) sur le campus de l’Université de Montréal.

La date limite pour soumettre une candidature est le 15 juin 2020.

Procédure et informations complémentaires : http://greea.ca/nouvelles-fr/appel-a-candidatures-bourse-en-ethique-animale-julien-hivon-date-limite-15-juin-2020/

The Research Group in Environmental and Animal Ethics (GRÉEA) is pleased to announce a graduate student scholarship competition in animal ethics (“Julien Hivon scholarship”), following a donation by Julien Hivon. One scholarship of $2,000 will be awarded for the academic year 2020-2021 to a graduate student (Master’s or PhD level) who is affiliated with a university in the Montreal area and works on animal ethics, broadly construed. Preference will be given to applicants who can demonstrate a capacity to communicate their research findings to the general public and/or to utilize their research to pursue societal change on behalf of non-human animals.

The recipient of the scholarship is expected to participate in GRÉEA’s activities. The student will have the opportunity to organize activities related to GRÉEA’s research axes with logistical and financial support from GRÉEA. (subject to approval by GRÉEA’s executive committee) and to have a desk at the Centre de recherche en éthique (CRÉ) on the campus of Université de Montréal, subject to the availability of space.

The deadline is June 15, 2020.

How to apply and additional information: http://greea.ca/en/news/call-for-applications-julien-hivon-scholarship-in-animal-ethics-deadline-june-15-2020/

Éric Puisais – Le mouvement des Gilets Jaunes (ANNULÉ)

March 10, 2020 1 comment
VOUS ÊTES CORDIALEMENT INVITÉ/E
CYCLE CONJOINT DES CONFÉRENCES – DÉBATS
CHAIRE UNESCO-UQAM ET CHAIRE ACME-LAVAL
Hiver 2020
17h30-19h30 – Salle AM-204-205 Bibliothèque centrale
Pavillon Hubert-Aquin, UQAM, 400, rue Sainte-Catherine Est
Pratiques et corruptions de la démocratie ancienne et moderne
De l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui, la démocratie a été associée aux principes de liberté et d’égalité. Pour devenir effectifs et informer la vie politique et sociale, ces principes doivent toutefois s’incarner dans des pratiques et des médiations qui leur donnent corps. La désignation de magistrats par tirage au sort ou l’élection de représentants viennent immédiatement à l’esprit lorsqu’on pense aux démocraties antiques et modernes. Mais les pratiques démocratiques incluent aussi d’autres modes de participation et de consultation, d’éducation, de contrôle ou de contrepoids. Nécessaires à la vie démocratique, ces pratiques sont aussi, par contre, le lieu de sa possible corruption.
Aristote explique ainsi en détail, dans les Politiques, comment on peut conduire la démocratie à sa perte ou la vider de sa substance ne serait-ce que par une transformation minime de ses pratiques. De manière générale, la pratique est
d’ailleurs dans un lien étroit aux moeurs, c’est donc à travers elle que se déploient et que sont testés, en quelque sorte, l’esprit et l’idéal d’un régime politique. C’est ce double aspect des pratiques démocratique – leur nécessité et leur possible corruption – que nous souhaitons explorer tour à tour ou conjointement dans le cycle de conférences de la Chaire Unesco pour l’année 2019-2020.
CINQUIÈME SÉANCE
Mercredi 18 mars
Éric PUISAIS (Philosophie – U de POITIERS)
Le mouvement des Gilets Jaunes
Avocate du diable : Niloofar MOAZZAMI (Sociologie – UQAM)

Hanne Jacobs – Epistemic Agency and Active Ignorance

March 9, 2020 Leave a comment

The Department of Philosophy at Concordia University will host Dr. Hanne Jacobs this Friday, March 13th, 2020 as part of its Speaker Series.

Speaker: Dr. Hanne Jacobs is Associate Professor of Philosophy and Director of the Graduate Program at Loyola University Chicago. She has published articles on topics in phenomenology such as personhood, attention, rationality, and phenomenological method. Her current research interest is in theories of knowledge that take our socio-historical embeddedness seriously. While Jacobs has mainly written on Husserl and post-Husserlian phenomenology, she also has an active research interest in moral psychology and social epistemology insofar as these intersect with critical race and feminist theory.

Time: Friday, March 13th, 2 to 4 p.m.

Location: Room MB-9F, John Molson Building (1450 Guy)

Title: Epistemic Agency and Active Ignorance

Abstract: In my presentation, I will propose a phenomenological account of epistemic agency that draws on and develops some insights in Edmund Husserl’s work. After doing so, I will respond to some concerns that have been raised about the very idea of epistemic agency. In concluding, I will discuss how this account can add descriptively to our understanding of the epistemic phenomenon of active ignorance.


This is a free public lecture. All are welcome.

PHYSICS & PHILOSOPHY | LA PHYSIQUE & LA PHILOSOPHIE

March 9, 2020 Leave a comment

PHYSICS & PHILOSOPHY | LA PHYSIQUE & LA PHILOSOPHIE

Friday, 20 March, 2020 | Vendredi 20 mars 2020

13:30 – 17:00



Université de Montréal

Pavillon 3200 Jean-Brillant (https://goo.gl/maps/DvgVnJDuBqPMZfxT9)

B-3285 (3rd floor/3e étage)



Nous vous invitons à un après-midi de conférences consacrées aux idées et concepts philosophiques dans les théories de la relativité restreinte et générale d’Albert Einstein. (Les conférences se tiendront en anglais, mais vous êtes invité.e.s à poser des questions en français.) Un cocktail suivra le colloque. Bienvenue à toutes et tous !

Programme : https://www.facebook.com/events/524207718235306/


———————————————————————-

You are invited to an afternoon devoted to exploring some of the philosophical concepts and questions related to Albert Einstein’s theories of special and general relativity. A cocktail hour will follow the event. All are welcome !

Schedule : https://www.facebook.com/events/524207718235306/


———————————————————————-

RÉSUMÉS / ABSTRACTS

Simultaneity and Causality in Relativity
(Manu Paranjape, Département de physique, Université de Montréal)

It is clear that simultaneity is a concept that is strictly relative in both special and general relativity, I will expose this through an analysis of the twin paradox. The notion of causality on the other hand, although a globally valid concept in special relativity, is only locally valid in general relativity. You can see a clock running backwards in time in general relativity!

Einstein’s Path to a New Theory
(Chris Smeenk, Rotman Institute of Philosophy, University of Western Ontario)

Shortly after revising long-standing assumptions regarding space and time with his discovery of special relativity, Einstein turned to the problem of gravity. Several of Einstein’s contemporaries tried to reformulate Newton’s theory so that it would be compatible with special relativity. But Einstein took a more radical approach. Here I will describe the motivations for Einstein’s approach and how it led to not only the general theory of relativity, but also the first cosmological model.

Michael Weisberg – Philosophy of Science and Public Acceptance of Science

March 4, 2020 Leave a comment
Conférence
Michael Weisberg (University of Pennsylvania)
 
Philosophy of Science and Public Acceptance of Science
Vendredi 13 mars, 15h, 
UQAM, W-5215, Département de philosophie, pavillon W, 5ème étage (http://carte.uqam.ca/#pavillon/w)
455, Boulevard René-Lévesque Est, Métro Berri-UQAM

Résumé: Why do people sometimes reject scientific claims? People’s views about scientific topics might be fully explained by their political or religious identities, and their knowledge about science might play no role. To challenge this conclusion, we administered two new assessments of people’s thinking about science to a demographically representative sample of the US public (N=1500), along with questions about the acceptance of evolution, climate change, and vaccines. Participants’ political and religious views predicted their acceptance of scientific claims, as did a greater understanding of the nature of science and a more mature view of how to mitigate scientific disagreements. Importantly, the positive effect of scientific thinking on acceptance held regardless of participants’ level of political ideology or level of religiosity. Increased attention to developing people’s understanding of how science works could thus mitigate resistance to scientific claims across the political and religious spectrum.

La conférence est co-organisée par le Département de philosophie de l’UQAM (https://philo.uqam.ca/) et le Réseau Montréalais de philosophie des sciences (https://montrealphilscinet.wordpress.com/), en partenariat avec le CIRST (https://www.cirst.uqam.ca). Elle sera donnée en anglais. Un vin d’honneur suivra.

Conférence GRÉEA : Raphaël Proulx (UQTR) et Thibaut Quinchon (artiste sonore) – « Introduction à l’écologie des paysages acoustiques »

March 4, 2020 Leave a comment

Le Groupe de recherche en éthique environnementale et animale (GRÉEA) est heureux de recevoir Raphaël Proulx (UQTR) et Thibaut Quinchon pour une « Introduction à l’écologie des paysages acoustiques » :

Mardi 17 mars 2020, 17h - 18h30
Carrefour des arts et des sciences, salles C-2059
3150 Jean Brillant
Université de Montréal, Montréal

L'événement est gratuit et ouvert à tout·es. Le carrefour des arts et des sciences est accessible aux personnes à mobilité réduite.

Présentation

Raphaël Proulx et Thibaut Quinchon travaillent tous les deux, à leur manière, sur l’écologie des paysages sonores. Thibaut utilise ses enregistrements pour réaliser des créations artistiques. Raphaël, lui, s’en sert pour la recherche scientifique. Ils se sont regroupés afin de réaliser une présentation des enjeux écologiques liés à la pollution sonore. Il est en effet connu que les bruits liés à l’activité humaine peuvent avoir des impacts sur certaines espèces animales. Il leur semble donc important de parler du rôle des paysages sonores dans la protection de l’environnement.

Comment se sert-on des paysages sonores dans l’étude des espèces et de leur environnement ? Quels impacts ont les activités humaines sur les espaces acoustiques naturels ? Pour émettre des pistes de réponses, Raphaël et Thibaut offriront, dans cette présentation, une introduction aux différentes informations connues sur le sujet en se servant de captations sonores réalisées dans différents endroits du Québec. Les notions d’habitat, de pollution, de diversité acoustique en milieu terrestre et aquatique y seront notamment présentées, ainsi que l’acuité auditive de la faune présente dans ses deux milieux.

Biographies

  • Raphaël Proulx est chercheur en biologie de la conservation à l’Université du Québec à Trois-Rivères (UQTR). Ses recherches incluent l’étude des paysages sonores et le recours à la bioacoustique pour évaluer les conditions d’organisation des communautés écologiques et l’impact des activités humaines sur celles-ci . Publication récente : Proulx et al (2019) « Anthropogenic Landscape Changes and Their Impacts on Terrestrial and Freshwater Soundscapes« 
  • Thibaut Quinchon est un artiste sonore qui voyage à travers le Québec pour mettre en avant son patrimoine auditif à travers les saisons. Plus d’informations : https://www.dissociation.ca/

Le GRÉEA tient à souligner que les terres sur lesquelles cet événement a lieu fait partie du territoire traditionnel non cédé des Kanien’keha:ka (Mohawks), qui a longtemps servi de lieu de rassemblement et d’échange entre les nations.

Site internet : greea.ca

Call for poster Cognition & Climate – Montreal June 2020

February 26, 2020 Leave a comment
(La version française suit)

 

Dear colleagues,

 

We are delighted to announce that the ISC 2020 Summer School Cognitive Challenges of Climate Change will take place on June 2 – 12, 2020, at UQAM, in Montreal, Canada.

 

Most important news:

 

 

Why should cognitive sciences get involved in climate science?

Recent history has made the computer the primary tool in climate science, enabling researchers to produce increasingly complex models of general circulation which are better integrated into systemic approaches. These integrated models help identify the impacts of climate change, economic responses, and policy scenarios. But climate science seems to be caught up in a paradigm of computation, which the evolution of cognitive sciences towards interpretation and situated cognition allows us to question. Cognitive sciences are no longer defined as a science of information processing, but as humanities, social and behavioral sciences of cognition between humans and their social and physical environment.

The main objective of this ISC Summer School is to put the human – “The Neural Man” – at the heart of climate science. This is the challenge addressed by behavioral scientists who seek to contribute to climate models and create a social climate science to study our interactions, perceptions, reasoning and actions in this period of awareness, transition and implementation of mitigation and adaptation policies.

By reflecting on the cognitive challenges of climate change, the ISC 2020 Summer School aims to think beyond the disciplinary boundaries to expand knowledge on climate issues. A unique international and transdisciplinary event bringing together more than 40 specialists to help understand how to mobilize globally, in particular through the carbon market, against emissions causing the greenhouse effect or to decarbonize our practices and our tools in a distributed and decentralized way.

 

 

Call for poster presentation – March 19, 2020

 

Graduate and postgraduate students, and faculty members doing research on climate change are invited to submit an abstract for a poster presentation. See the Call for poster.

 

Summer course (3 credits)

Undergraduate and postgraduate students can get 3 credits if they register to one of the summer courses offered at UQAM during the ISC 2020 Summer School: ISC100Q (Bachelors), ISC800Q (Masters) or ISC900Q (Ph. D). See admission conditions.

Registration

Online registrations are now open, with a special rate for 5 days and 10 days. Students and non-profits organizations can register at reduced rates. See rates and conditions.

For more information, visit the ISC 2020 Summer School website: https://sites.grenadine.uqam.ca/sites/isc/en/iscuqam2020

 

@iscuqam2020

 

 

 

(Version française)

 

Chères collègues,

Chers collègues,

 

Nous sommes heureux d’annoncer que l’École d’été ISC 2020 Défis cognitifs du changement climatique* se tiendra du 2 au 12 juin 2020, à l’UQAM (Montréal, Canada).

Les nouvelles importantes :

 

Pourquoi les sciences cognitives devraient-elles se rapprocher de la science du climat ?

L’histoire récente a fait de l’ordinateur l’outil principal de la science du climat, permettant aux chercheuses et chercheurs de produire des modèles de la circulation générale de plus en plus complexes et mieux intégrés à des approches systémiques. Ces modèles intégrés permettent de cerner les impacts du changement climatique, de prévoir des réponses économiques et proposer des politiques. Mais les sciences du climat semblent prises dans un paradigme de la computation – que l’évolution des sciences cognitives vers l’interprétation et la cognition située – permet de questionner. Les sciences cognitives ne se définissent plus comme science du traitement de l’information, mais comme sciences humaines, sociales et comportementales de la cognition entre l’humain et son environnement social et physique.

L’enjeu principal de cette École d’été ISC est de remettre l’humain – « L’homme neuronal » – au cœur de la science du climat. C’est le défi que relèvent des spécialistes en sciences du comportement qui veulent contribuer aux modèles du climat, et créer une science sociale du climat pour étudier nos interactions, perceptions, raisonnements et actions dans cette période de conscientisation, de transition et de mise en œuvre de politiques d’atténuation et d’adaptation.

En réfléchissant aux défis cognitifs du changement climatique, l’École d’été ISC 2020 vise à dépasser les frontières disciplinaires et faire avancer le savoir sur les enjeux climatiques. Un évènement international et transdisciplinaire unique réunissant plus de 40 spécialistes pour comprendre comment se mobiliser globalement contre les émissions provoquant l’effet de serre, soit globalement via le marché du carbone, soit en décarbonant nos pratiques et nos outils de façon distribuée et décentralisée.

*En raison de sa nature internationale, cet événement se déroulera en anglais.

Appel à présentation par affiche – 19 mars 2020

Les étudiants des cycles supérieurs et postdoctoraux et les membres du corps professoral travaillant en lien avec le thème sont invités à soumettre une proposition d’affiche. Plus d’information.

 

Cours crédité (3 cr.)

En participant à l’École d’été, les étudiants universitaires peuvent obtenir 3 crédits en s’inscrivant au cours d’été ISC100Q (Baccalauréat), ISC800Q (Maîtrise), ISC900Q (Doctorat). Voir les conditions d’admission.

 

 

Inscription

Les inscriptions en ligne sont maintenant ouvertes avec des forfaits 5 et 10 jours. Tarifs réduits offerts aux étudiants et aux organisations à but non lucratif. Tarifs et conditions.

Pour plus d’information, visitez le site web de l’École d’été ISC 2020 : https://sites.grenadine.uqam.ca/sites/isc/fr/iscuqam2020

Paul Dumouchel – Intelligence artificielle et démocratie

February 21, 2020 1 comment

VOUS ÊTES CORDIALEMENT INVITÉ

CYCLE CONJOINT DES CONFÉRENCES – DÉBATS CHAIRE UNESCO-UQAM ET CHAIRE ACME-LAVAL Hiver 2020

17h30-19h30 – Salle AM-204-205 Bibliothèque centrale Pavillon Hubert-Aquin, UQAM, 400, rue Sainte-Catherine Est

Pratiques et corruptions de la démocratie ancienne et moderne

De l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui, la démocratie a été associée aux principes de liberté et d’égalité. Pour devenir effectifs et informer la vie politique et sociale, ces principes doivent toutefois s’incarner dans des pratiques et des médiations qui leur donnent corps. La désignation de magistrats par tirage au sort ou l’élection de représentants viennent immédiatement à l’esprit lorsqu’on pense aux démocraties antiques et modernes. Mais les pratiques démocratiques incluent aussi d’autres modes de participation et de consultation, d’éducation, de contrôle ou de contrepoids. Nécessaires à la vie démocratique, ces pratiques sont aussi, par contre, le lieu de sa possible corruption. Aristote explique ainsi en détail, dans les Politiques, comment on peut conduire la démocratie à sa perte ou la vider de sa substance ne serait-ce que par une transformation minime de ses pratiques. De manière générale, la pratique est d’ailleurs dans un lien étroit aux mœurs, c’est donc à travers elle que se déploient et que sont testés, en quelque sorte, l’esprit et l’idéal d’un régime politique.

C’est ce double aspect des pratiques démocratique – leur nécessité et leur possible corruption – que nous souhaitons explorer tour à tour ou conjointement dans le cycle de conférences de la Chaire Unesco pour l’année 2019-2020.

Quatrième séance

Mercredi 26 février

Paul Dumouchel (Core Ethics and Frontier Science – Ritsumeikan University)

Intelligence artificielle et démocratie

Avocat du diable : Luc FAUCHER (Philosophie-UQAM)

Appel à communications – Philosophie pratique et décolonisation des savoirs

February 15, 2020 Leave a comment

Appel à communications

Philosophie pratique et décolonisation des savoirs

Colloque international « Philosophie pratique et décolonisation des savoirs »
Université de Sherbrooke – Campus de Longueuil, 17-18-19 juin 2020

Ce colloque annuel en philosophie pratique souhaite rassembler des philosophes et des étudiant.es aux cycles supérieurs et chercheurs.es en sciences humaines de tous horizons intéressés.es par la philosophie pratique. Les contributions peuvent ainsi s’inscrire dans différentes disciplines, traditions et courants de pensée, et ce, bien que la présente édition accorde une attention particulière à la décolonisation des savoirs.

Au Canada et au Québec, comme dans le monde académique occidental en général, l’heure est à la représentativité des corps enseignants et des cohortes étudiantes eu égard à la pluralité ethnoculturelle. Il s’agit de corriger diverses formes de sous-représentation affectant les disciplines traditionnelles (et la philosophie plus que les autres), en introduisant des mesures d’inclusion, de discrimination positive ou encore des quotas. Dans cette perspective, que l’on peut appeler ” libérale “, la cible de ces mesures concerne l’accès et le maintien aux études, l’équité dans l’accès à l’emploi et à la recherche, pour réparer diverses formes de discrimination systémique anciennes ou plus récentes. Ces mesures prennent rarement en compte les pratiques et les idéaux internes de la discipline (rationalité, objectivité, universalité, spécialisation, professionnalisation) : il s’agit d’ajouter de la diversité parmi les philosophes, pas dans la discipline ou de questionner ce que fait le ‘canon’ traditionnel (“ add-X-and-stir ” problem : Warren 2009).

Les critiques postcoloniales/décoloniales des dernières décennies vont au contraire dans ce dernier sens (Mbembe 2006), tout comme les critiques féministes d’aujourd’hui (Hasslanger 2008). La revendication et le projet de ‘décoloniser’ la philosophie, ainsi que les autres disciplines et le monde universitaire plus largement, s’attardent aux méthodes, valeurs et institutions générant en philosophie une injustice, voire une violence épistémique, ainsi qu’une dévalorisation durable des corps et des subjectivités (Godrie et Dos Santos 2017). Ce genre d’injustice concerne moins l’accès aux études et l’équité en emploi que la production du savoir dans des contextes de pouvoir défavorables aux penseurs.es des pays anciennement colonisés (De Sousa Santos 2017), aux groupes minoritaires et aux personnes racisées en Occident (Hamrouni et Maillé 2105). Les enjeux soulevés par ces questions ne sont pas seulement académiques et locaux, mais historiques, socio-politiques et globaux, aussi bien dans l’espace (géopolitique des connaissances, Kavwahirehi 2008, Kisukidi 2015) que dans le temps (histoire de la philosophie, Diagne 2017, König-Pralong 2019).

Que signifierait réparer cette injustice, ouvrir la philosophie aux autres expériences de la modernité et aux autres types de savoirs (Grosfoguel 2010)? Quels moyens (épistémologiques, méthodologiques, pédagogiques, curriculaires, interdisciplinaires, institutionnels, sociaux) mettre en oeuvre pour opérer cette décolonisation? Et qui en portera la responsabilité? Les groupes et personnes qui estiment en faire les frais, bien sûr, en proposant une critique du racisme et en proposant des voies épistémiques nouvelles, mais aussi les praticiens.nes de la philosophie en posture privilégiée (Bessone 2015, Abadie 2018), et cela, non par paternalisme, mais par souci de « désapprentissage … de l’esprit spontané de domination » (Williams 1958).

Nous vous invitons donc à venir partager vos expériences, vos démarches et vos résultats lors de ce colloque – un des premiers du genre au Québec – organisé par les doctorants.es en philosophie pratique de l’Université de Sherbrooke. Quelques axes principaux peuvent être suggérés :

  • Quels sont les facteurs d’exclusion ayant conduit à la philosophie dominante aujourd’hui, à son hégémonie épistémologique?
  • Qu’est-ce que la réparation de l’injustice épistémique modifierait dans cette philosophie?
  • Quels exemples de pratiques et de stratégies de décolonisation sont les plus prometteuses?
  • Quelles objections et résistances rencontre ce projet, que valent-elles, et comment y répondre?
  • Les critiques postcoloniales sont diversifiées : des études d’auteurs.es sont aussi bienvenues.

Sont également bienvenues les contributions développant des aspects plus théoriques de la philosophie pratique en philosophie fondamentale, philosophie politique et philosophie féministe tout comme des courants philosophiques plus récents tels que la philosophie organisationnelle, la philosophie de la communication, la philosophie en entreprise, l’éthique appliquée, l’éthique des affaires, la bioéthique, pour ne nommer que celles-là. Les contributions peuvent aussi provenir d’autres disciplines, dans la mesure où elles permettent de réfléchir à la dimension pratique de la philosophie et/ou à la décolonisation des savoirs ainsi que leurs différents champs d’applications.

Les propositions de communication doivent contenir un titre et un résumé d’un maximum de 250 mots et doivent être soumises au plus tard le 17 mars 2020 au lien suivant :
https://www.sondageonline.com/s/Colloque2020

Conférencières et conférenciers invités.es (confirmés.es jusqu’à présent) :

  • Niamke Koffi (Université Felix Houphouët-Bougny, Côte d’Ivoire)
  • Mark Maesschalck (Université catholique de Louvain, Belgique)
  • Dany Rondeau (Université du Québec à Rimouski)
  • Allison Marchildon (Université de Sherbrooke)
  • Melissa Thériault (Université du Québec à Trois-Rivières)
  • André Duhamel (Université de Sherbrooke)
  • Priscyll Anctil-Avoine (Université du Québec à Montréal)
  • Alia Al-Saji (Université McGill)
  • Nicolas Bernier (Université de Sherbrooke)

Dates importantes :

  • Dépôt des propositions : jusqu’au 17 mars 2020
  • Réponse aux auteurs.es : 31 mars 2020
  • Colloque : 17-18-19 juin 2020

Comité scientifique :

Organisé avec l’appui de l’Association étudiante des étudiants en philosophie et en éthique appliquée, le Département de philosophie et d’éthique appliquée et la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université de Sherbrooke.

Lieu :
Campus de Longueuil
150, Place Charles-Lemoyne
Longueuil (QC) J4K 0AB

Références

  • Abadie, Delphine 2018, Reconstruire la philosophie à partir de l’Afrique. Une utopie postcoloniale, thèse de doctorat en philosophie, Université de Montréal.
  • Bessone, Magali 2015, « Décoloniser la philosophie politique », De(s)générations, no 22 : 29-36.
  • Diagne, Bachir 2017, « Pour une histoire postcoloniale de la philosophie », Cités, no 72 : 81- 93.
  • De Sousa Santos, Buoventura 2017, « Épistémologies du Sud et militantisme académique [entretien], Sociologie et sociétés, 49 no 1 : 143–149.
  • Godrie, Baptiste et Marie Dos Santos 2017, « Inégalités sociales, production des savoirs et de l’ignorance », Sociologie et sociétés, 49 no 1 : 7-31.
  • Grosfoguel, Ramón 2010, « Vers une décolonisation des Uni-versalismes occidentaux », in Achille Mbembe et al. (dir.), Ruptures postcoloniales, Paris, La Découverte, p. 119-138.
  • Hamrouni, Naïma et Chantal Maillé (dir.) 2015, Le sujet du féminisme est-il blanc? Femmes racisées et recherche féministe, Montréal, Les Éditions du Remue-Ménage.
  • Hasslanger, Sally 2008, « Changing the Ideology and Culture of Philosophy – Not by Reason (Alone) », Hypatia, 23 no 2 : 210-223.
  • Kavwahirehi, Kwasereka 2008, « De la géopolitique de la connaissance et autres stratégies de décolonisation du savoir », Quest. Revue Africaine de Philosophie, XXII : 7-24.
  • Kisukidi, Nadia Yala 2015, « Décoloniser la philosophie, ou de la philosophie comme objet anthropologique », Présence Africaine, no 192 : 83-98.
  • König-Pralong, Catherine 2019, La colonie philosophique. Écrire l’histoire de la philosophie aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.
  • Mbembe, Achille 2006, « Qu’est-ce que la pensée postcoloniale [entretien] », Esprit, no 12 : 117-133.
  • Warren, Karen J. 2009, An Unconventional History of Western Philosophy, Rowman & Littlefield.
  • Williams, Raymond 1958, Culture and Society 1780-1950, London, Chato & Windus.

Francis Dupuis-Déri – L’école contre la démocratie

February 14, 2020 Leave a comment

CYCLE CONJOINT DES CONFÉRENCES – DÉBATS
CHAIRE UNESCO-UQAM ET CHAIRE ACME-LAVAL
Hiver 2020

17h30-19h30 – Salle AM-204-205 Bibliothèque centrale
Pavillon Hubert-Aquin, UQAM, 400, rue Sainte-Catherine Est

Pratiques et corruptions de la démocratie ancienne et moderne

TROISIÈME SÉANCE

Mercredi 19 février

Francis DUPUIS-DÉRI (Sc.Po – UQAM) – L’école contre la démocratie

Avocat du diable : Marc-André ÉTHIER (Sc. Éducation UDEM)