Archive

Author Archive

Miriam McCormick – Engaging with Fringe Beliefs: Why, When, and How

November 30, 2021 Leave a comment

Engaging with Fringe Beliefs: Why, When, and How
3 décembre 2021 @ 10:00 – 12:00, conférence par Miriam McCormick (University of Richmond)
Où: Salle  C-1017-02, Carrefour des Arts et Sciences, Pavillon Lionel-Groulx (3150 rue Jean-Brillant), Université de Montréal
*La conférence sera aussi présentée sur Zoom.
Résumé/Abstract:
In this talk, I argue that in many cases, there are good reasons to engage with people who hold fringe beliefs such as debunked conspiracy theories. I (1) discuss reasons for engaging with fringe beliefs; (2) discuss the conditions that need to be met for engagement to be worthwhile; (3) consider the question of how to engage with such beliefs, and defend what Jeremy Fantl has called “closed-minded engagement “and (4) address worries that such closed-minded engagement involves problematic deception or manipulation. Thinking about how we engage with irrational emotions offers a way of responding to these concerns.
Reflection on engagement with fringe beliefs has wider implications for two distinct philosophical discussions. First, it can help illuminate the nature of beliefs, lending support to the view that not all states which are deeply resistant to evidence thereby fail to be beliefs. Second, an implication of the view I put forth is that it need not constitute a lack of respect to adopt what Peter Strawson called “the objective stance” in relationships.

Philopolis 2022 – Appel de textes

November 27, 2021 Leave a comment

Appel de communication/Call for papers

English will follow.

Philopolis Montréal accepte maintenant vos propositions de communication pour la treizième édition de l’événement qui se tiendra les 25, 26 et 27 février prochains à l’Université McGill. La date limite pour soumettre vos propositions est le 15 janvier 2022. Veuillez utiliser le formulaire à l’adresse suivante : https://www.philopolis.net/site/appel-de-communications/.

Nous acceptons les propositions en français et en anglais sur tous les sujets à caractère philosophique. Merci de nous soumettre un résumé d’un maximum de 300 mots de votre communication en spécifiant la forme de votre présentation et sa durée – de 30 à 50 minutes pour un.e présentateur.trice, ou jusqu’à 1 heure 50 minutes pour une présentation de groupe, incluant la période de questions. Vous aurez aussi la possibilité de demander un commentaire critique de cinq minutes à la suite de votre présentation, lequel vous devrez indiquer dans votre formulaire de soumission.

Philopolis est un évènement publique organisé par des étudiant.e.s en philosophie des universités McGill et Concordia ainsi que de l’UQAM et de l’UdeM. L’objectif de cet évènement est de favoriser les échanges philosophiques entre le grand public, les étudiant.e.s, enseignant.e.s et chercheur.e.s de diverses disciplines. On y retrouve chaque année plus d’une soixantaine d’ateliers, conférences, tables rondes et autres activités organisées à la fois par des étudiant.e.s et par des chercheur.e.s expérimenté.e.s. Il s’agit là d’une occasion pour ces groupes trop souvent séparés de partager leurs idées en plus d’offrir une occasion idéale à tous ceux et celles désirant s’initier au monde de la recherche philosophique.

Pour toute autre question ou demande, n’hésitez pas à communiquer avec nous à l’adresse suivante : info@philopolis.net

Philopolis is now accepting submissions of communications for its thirteenth edition that will take place on February 25th, 26th and 27th at McGill. Philopolis will accept your submissions until January 15th, 2022. To submit a proposition, please fill the form at this address: https://www.philopolis.net/site/appel-de-communications/.

We accept propositions in French and in English on all philosophical subjects. Please submit an abstract of a maximum of 300 words of your communication in which you should specify the form and length of your presentation –  30 to 50 minutes for a single speaker or up to 1 hour and 50 minutes for a group presentation, including a question period. You will also have the possibility to ask for a critical comment of five minutes after your presentation, which you will have to specify in your submission form.

Philopolis is an annual three-day conference organized by philosophy students from McGill, Concordia, UQAM and UdeM whose central goal is to facilitate exchanges between the grand public, students, professors and researchers from all fields. Through more than 60 activities, panels, discussions and debates, Philopolis is a unique occasion for groups that are too often separated to share their ideas and offers a single opportunity for those who want to initiate themselves to philosophical research.

For any further question or request, please communicate with us at info@philopolis.net.

Invitation soirée de lancement Philopolis/Philopolis opening night invitation

November 9, 2021 Leave a comment

Bonjour à vous,

Philopolis est une conférence annuelle publique et gratuite de trois jours qui présente des présentations étudiantes, mais aussi de philosophes universitaires renommé∙es. Pour marquer le début de l’appel à contributions de l’édition 2022, veuillez nous joindre pour célébrer l’événement de lancement annuel de Philopolis le 26 novembre prochain à 18h à l’auditorium 1120 de la Faculté d’Aménagement de l’Université de Montréal. Philopolis est un événement organisé par des étudiant∙es de plusieurs départements de philosophie de Montréal (McGill, UQÀM, UdeM et Concordia), qui vise à promouvoir la création de liens au sein de la communauté philosophique montréalaise. Cette année, l’événement de lancement portera sur les différentes perspectives d’emploi à la suite d’études en philosophie, qui sortent des parcours traditionnels de l’enseignement et de la recherche. Nous aurons ainsi l’honneur d’écouter nos invité∙es Erika Olivaux Marmignon, Jean-Frédéric Ménard, Nino Gabrielli, Pauline Noiseau, Rémi Charbonneau et Rafaële Bolduc à ce sujet. Restez à l’affût sur nos réseaux pour en apprendre plus sur nos invité∙es avant l’événement !
Veuillez noter qu’en raison des circonstances sanitaires, le passeport vaccinal est obligatoire pour assister aux activités de Philopolis. Également, comme les places sont limitées, nous vous demandons de vous procurer un billet (gratuit) à l’adresse suivante : https://www.eventbrite.ca/e/billets-soiree-de-lancement-philopolis-2022-204054110337.
Pour toute autre question ou demande, n’hésitez pas à communiquer avec nous à l’adresse suivante : info@philopolis.net



Greetings,

Philopolis is a public and free annual three-day conference which features presentations from students, and also from renowned academic philosophers. To help mark the beginning of the 2022 edition call for papers, please join us in celebrating Philopolis’ annual launch event this upcoming November 26th at 6pm at the 1120 auditorium of the Faculté d’Aménagement of the Université de Montréal. Philopolis is a student-led event, organized by various students from Philosophy departments throughout Montreal (Mcgill, UQAM, UdeM and Concordia), which seeks to foster positive relationships within the philosophical community of Montreal. This year, we will have the honour to hear about the diversity of employment prospects following studies in Philosophy from our guest speakers Erika Olivaux Marmignon, Jean-Frédéric Ménard, Nino Gabrielli, Pauline Noiseau, Rémi Charbonneau, and Rafaële Bolduc. Stay tuned on our networks to hear more from our guests’ background before the event!
Please note that due to the sanitary measures in place, the vaccine passport is mandatory to attend Philopolis’ activities. Moreover, since the places are limited, we ask that you get a free ticket at the following address: https://www.eventbrite.ca/e/billets-soiree-de-lancement-philopolis-2022-204054110337.
If you have any question or request, do not hesitate to contact us at the following address: info@philopolis.net


Alexandre Poisson, coresponsable aux communications pour Philopolis

How should we (and how did we) choose our logical theories? – A workshop on the history and epistemology of logic

November 8, 2021 Leave a comment

How should we (and how did we) choose our logical theories?

A workshop on the history and epistemology of logic

https://sce-cse.recherche.usherbrooke.ca/cse-2020-2/

Where and When

Venue: Université de Montréal, Carrefour des Arts et Sciences, Pavillon Lionel-Groulx, 3150 rue Jean-Brillant, room C-2059

Date:  November 20th 2021

Over the last 150 years or so logicians have developed an astonishing variety of logical theories.  This has led philosophers to ask whether only one or several of these theories can be correct, and how we should choose the theory or theories that we accept.  Recently, anti-exceptionalists, most prominently Ole Hjortland, have argued that Quine was correct in holding that theory choice in logic should and does happen in a way that is broadly similar to theory choice in the sciences.  Exceptionalists about logic, such as Carnap or Gödel, reject this idea and hold that theory choice in logic is special as compared to theory choice in the sciences.  Moreover, the anti-exceptionalism may also come under pressure from the history of logic and mathematics, as we may wonder whether the actual history of the discipline fits with the picture that anti-exceptionalists have put forward.  The workshop will revolve around these complex questions and issues.

The languages of the symposium are English and French.

Schedule 

Venue: Université de Montréal, Carrefour des Arts et Sciences, Pavillon Lionel-Groulx, 3150 rue Jean-Brillant, room C-2059

  • 9:30 – 9:55:  Opening by Aude Bandini, greeting, coffee:
  • 10:00 – 10:50:   Ole Hjortland  (University of Bergen): TBD
  • 11:00 – 11:50:   Dirk Schlimm  (McGill University): TBD
  • 12:00 – 14:00:  Lunch [5002 Ch. de la Côte-des-Neiges, Montréal, QC]
  • 14:00 – 14:50:   Greg Lavers  (Concordia University): TBD
  • 15:00 – 14:50:   Mathieu Marion  (Université du Québec à Montréal): TBD
  • 16:00 – 16:50:   Ulf Hlobil  (Concordia University):  What is the Topic of Logic?
  • 17:30 :  Dinner [1249 Bernard, Montreal, QC]  

Organizers

Registration


Participants can register here: https://sce-cse.recherche.usherbrooke.ca/pre-registration-cse-2020-2/.

Due to COVID-19 restrictions, spots for participants are limited. 

Nicholas Wiltsher – Relations of Power in Aesthetic Communities

November 8, 2021 Leave a comment

The Department of Philosophy at Concordia University will host Nicholas Wiltsher as part of our Speaker Series on Tuesday, November 16th, 2021.

Speaker: Nicholas Wiltsher is a philosopher who works in aesthetics, imagination, philosophy of mind, and feminist philosophy. He is currently an Associate Senior Lecturer at Uppsala University in Sweden. Prior to this, he was a Marie Skłodowska-Curie Individual Fellow at the Centre for Philosophical Psychology at the University of Antwerp. He has also worked in Auburn (AL, USA), Porto Alegre (Brazil) and Leeds (UK).

Time: Tuesday, November 16th, 2021, 3 to 5 p.m.

Title: Relations of Power in Aesthetic Communities

Location: LB-362 in the Webster Library, J.W. McConnell Building, 1400 de Maisonneuve Blvd. W.

Registration: Please register here if you plan to attend in-person or here to participate via Zoom.

Abstract: An aesthetic community is a group of people engaged in coordinated practices oriented towards aesthetic value: Marvel fans, classical music connoisseurs, Instagram aestheticians. Recent work on aesthetic communities aims at articulating a “communitarian” account of the aesthetic domain, opposing an “individualistic” alternative. For example, the communitarian account says that aesthetic value owes to social engagement, rather than individuals’ engagements with aesthetic objects. In this talk, Dr. Nicholas Wiltsher argues that the emerging communitarian account is actually still pretty individualistic. This, Wiltsher suggests, shows that proper analysis of aesthetic communities requires analysis of relations of power within them. He further suggests that focus on such relations allows us to see the theoretical options more clearly than an approach using only a distinction between communities and individuals.

This event is free and open to all. The venue is wheelchair-accessible.

Katharina Nieswandt – Gender Ratio in Philosophy

November 8, 2021 Leave a comment

The McGill University Philosophy Department’s Equity and Climate Committee will host Katharina Nieswandt on Friday, November 12th, 2021.

Speaker: Katharina Nieswandt is Associate Professor of Philosophy at Concordia University.

Time: Friday, November 12, 2021, 3:30 p.m.

Title: Gender Ratio in Philosophy: An Inferential-Statistical Model of Possible Determinants
Zoom meeting link: https://mcgill.zoom.us/j/84647366742

Meeting ID: 846 4736 6742

Passcode: 968438

Abstract: About one-third of academic philosophers, from the level of undergraduate student to associate professor, are women. Our joint team of philosophers (Nieswandt, Hlobil) and psychologists (Maranges, Iannuccilli, Dunfield) conducted a series of surveys (n= 467) to investigate why women are less likely than men to study philosophy. We offer a three-factor model of possible determinants. What sets our study apart from previous investigations is that it provides inferential (rather than merely descriptive) statistics and that it meets current methodological standards of quantitative social research (as regards, e.g., literature review, item validation and sample).

The results to be presented are summarized in this blog post on the CPA’s website: https://www.acpcpa.ca/blogs/gender-ratio-in-philosophy-an-inferential-statistical-model-of-possible-determinants

Yves Gingras – Moralisation de la science et autonomie de la recherche

October 21, 2021 Leave a comment

Dans le cadre du
Cycle de conférences 2021-2022
Science, liberté et justice
Deuxième séance
26 octobre, 14h00-16h00
Yves Gingras (Histoire, UQAM, Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences)
Moralisation de la science et autonomie de la recherche
Les liens Zoom et FaceBook pour toutes les séances :
Zoom:https://uqam.zoom.us/j/84987898232?pwd=eDdXb3ZNTkNzMW9SQUZDUmljOGFXUT09
ID réunion: 849 8789 8232 Mot de passe: 622291
Facebook: https://www.facebook.com/events/613542416676812/?ref=newsfeed

Concours de séjour 2022-2023 comme chercheur.se.s invité.e.s au CRÉ

October 4, 2021 Leave a comment

Concours de séjour 2022-2023 comme chercheur.se.s invité.e.s au CRÉ

Le Centre de recherche en éthique (CRÉ) est heureux d’annoncer son programme de séjour pour chercheur.se.s invité.e.s pour la période du 1er septembre 2022 au 31 mai 2023. La durée du séjour pourra varier en fonction du dossier soumis et de la nature de la recherche.


La mission du CRÉ est de contribuer à la recherche en éthique et à la qualité de la formation dans les domaines de l’éthique fondamentale et appliquée.

Nous encourageons les candidatures qui proviennent de chercheur.se.s oeuvrant dans les axes de recherche principaux du CRÉ: éthique fondamentale, éthique et politique, éthique et économie, éthique environnementale et animale, éthique et santé, ou encore dans l’un de nos domaines de recherche inter-axiaux, comme l’éthique de l’intelligence artificielle, l’éthique féministe ou encore l’anti-racisme et la décolonisation. Nous recevons également les candidatures provenant de disciplines diverses, pourvu que leur sujet de recherche soit en rapport direct avec des problématiques éthiques.

La compensation financière octroyée aux chercheur.se.s invité.e.s varie selon la longueur du séjour et selon les circonstances, mais consiste le plus souvent en une contribution aux frais de séjour. Les candidat.e.s auront accès à un bureau et peut-être, selon ce qui sera convenu, aux infrastructures de l’Université de Montréal (bibliothèques, centre sportif, etc.). Ils ou elles obtiendront de l’assistance pour l’organisation matérielle du séjour.

En retour, le ou la chercheur.se s’engage à mener un projet de recherche conforme à celui soumis lors de sa candidature, à participer aux activités organisées par le Centre (conférences, séminaires et colloques), à présenter ses travaux en cours dans le cadre de séminaires ou d’ateliers organisés par le Centre et, le cas échéant, à contribuer à l’organisation d’activités scientifiques.

Le CRÉ est une institution bilingue. Les candidat.e.s doivent avoir une maîtrise du français et de l’anglais leur permettant de participer aux activités du Centre.

Les dossiers seront évalués selon les critères suivants : la nature et la qualité du projet de recherche, ainsi que sa pertinence dans le cadre de la mission du CRÉ ; la qualité des recherches précédentes ; et la capacité du ou de la candidat.e à bénéficier des activités du Centre.

Les candidat.e.s doivent soumettre les documents suivants :

Ce formulaire;
Un curriculum vitae;
Énoncé du projet (1500 mots max.);
Un texte publié au courant des trois dernières années;
Deux lettres de recommandation (envoyées directement au CRÉ – valery.giroux@umontreal.ca – avant la date limite du concours).

La date limite pour la réception des candidatures est le 31 janvier 2022.

*Le concours pour stagiaires postdoctoraux.les sera lancé vers la fin du mois de janvier 2022.


Veuillez envoyer votre dossier, en version électronique, à l’attention de Valéry Giroux, coordonnatrice du CRÉ, à l’adresse suivante : valery.giroux@umontreal.ca. Si vous ne recevez pas d’accusé de réception dans les 3 jours suivants votre envoi, veuillez communiquer directement avec la coordonnatrice à l’adresse courriel valerygiroux@gmail.com.

APPEL À PROPOSITIONS POUR UNE JOURNÉE D’ÉTUDE SUR LA MÉTAPHYSIQUE DES ÉCOSYSTÈMES

September 1, 2021 Leave a comment

APPEL À PROPOSITIONS POUR UNE JOURNÉE D’ÉTUDE SUR LA MÉTAPHYSIQUE DES ÉCOSYSTÈMES

DATE : VENDREDI LE 3 DÉCEMBRE 2021

Cette journée d’étude consacrée aux enjeux métaphysiques des écosystèmes et à leurs implications épistémologiques, éthiques et pratiques est organisée par Anne-Marie Boisvert (UQAM), Sophie Bretagnolle (UQAM/Université Paris Sorbonne), Antoine C. Dussault (Collège Lionel-Groulx/CIRST/CRÉ) et Véronica Ponce (Collège Marianopolis), avec le Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST), le Groupe de recherche en éthique environnementale et animale (GRÉEA) et la Chaire de recherche du Canada en philosophie des sciences de la vie (UQAM).

Conférencier d’honneur : Frédéric Bouchard (Université de Montréal)

***

Description :

La préservation et la restauration des écosystèmes apparaît sans conteste comme un enjeu majeur dans le monde actuel. Pourtant, leur statut ontologique fait l’objet d’un débat en écologie depuis les débuts de cette dernière en tant que discipline scientifique. Les écosystèmes forment-ils des entités unifiées, dotées de frontières objectives dans l’espace et le temps, ou ne sont-ils que de simples agrégats fortuits d’espèces individuelles ?

Cette question, qui peut sembler de prime abord d’ordre purement métaphysique et théorique, a des implications éthiques et pratiques déterminantes en ce qui concerne la manière de concevoir la gestion, la préservation et la restauration de ces entités. En effet, si les écosystèmes ne sont pas des entités réelles, alors il pourra sembler plus raisonnable de centrer nos efforts de conservation sur les espèces et les organismes individuels, voire de penser que ceci peut être accompli en faisant abstraction d’éventuelles relations de dépendance que ces derniers pourraient entretenir entre eux et avec leur milieu physique.   

Nous invitons les philosophes, les scientifiques et les chercheur.e.s ayant travaillé sur ces questions à nous soumettre leurs propositions de communication. Celles-ci pourront par exemple aborder les thèmes suivants :

Réalisme versus instrumentalisme :

  • Les écosystèmes ont-ils une réalité objective ou ne sont-ils que des assemblages délimités en fonction de nos intérêts épistémiques, scientifiques ou socio-économiques ?

Holisme versus réductionnisme :

  • Les écosystèmes forment-ils des touts qui ne se réduisent pas à la somme de leurs parties (manifestent-ils des propriétés émergentes, qui ne peuvent pas être définies en termes des propriétés des espèces ou organismes qui les composent) ?   
  • Et dans ce cas, qu’est-ce à dire? Doit-on entendre l’émergence en termes de nouveauté, d’imprédictibilité ou d’irréductibilité? S’agit-il d’une émergence faible (épistémique) ou forte (métaphysique) ?

Identité, individuation et constitution des communautés et des écosystèmes :

  • Quels sont les critères d’individuation des écosystèmes ?
  • Quels sont les modes de constitution et d’organisation interne des écosystèmes (types de relations, de fonctions, etc.) ?
  • Les écosystèmes sont-ils assimilables à des organismes ou à des systèmes (complexes ou dynamiques) ?
  • Les écosystèmes doivent-ils pour être admis dans l’ontologie posséder des frontières bien définies dans l’espace et le temps ?

Implications scientifiques, pratiques et éthiques :

  • Quelles sont les différentes implications en écologie et en éthique de l’environnement de l’admission ou du rejet des écosystèmes à titre d’entités réelles ?

***

Les présentations d’une durée maximum de 30 minutes seront suivies d’une période de question de 10 minutes. Elles se dérouleront en présentiel ou en virtuel.

Date limite pour envoyer votre proposition : 1er octobre 2021

Notification d’acceptation : 1octobre 2021

La proposition doit être anonymisée et inclure :

  • Un titre
  • Un résumé (300 mots maximum)

La proposition doit être envoyéen format pdf avant le 1er octobre 2021 à Anne-Marie Boisvert à l’adresse suivante : boisvert.anne-marie(at)uqam.ca

Spécisme et autres discriminations

August 26, 2021 Leave a comment

Spécisme et autres discriminations

Colloque GRÉEA/CRÉ

Montréal, 30-31 août 2021

Pour s’inscrire, c’est ici!

Les notions et les phénomènes relatifs au racisme et au sexisme ont bénéficié d’une attention privilégiée en philosophie morale et politique. De nombreux travaux ont été consacrés à leur analyse conceptuelle et à la recherche de solutions aux problèmes de justice que les préjugés, la discrimination et l’oppression raciale et/ou genrée peuvent soulever en théorie et en pratique. Plus récemment, des chercheur.se.s ont élargi ces débats aux questions posées par le capacitisme. Les tenant.e.s de la théorie critique du handicap, par exemple, ont fait beaucoup pour modifier la conception dominante de la normalité qui stigmatise les personnes en situation de handicap en les présentant comme inférieures, d’une manière ou d’une autre, aux personnes valides. Dans le même ordre d’idées, des auteur.rice.s dénoncent le spécisme, qu’ils et elles identifient, par analogie avec le racisme, le sexisme ou le capacitisme, à une forme de discrimination, de préjugés ou de mépris à l’égard de certains individus; en l’occurrence, ceux qui n’appartiennent pas à certaines espèces animales (l’espèce humaine principalement) ou qui ne possèdent pas l’une ou l’autre des propriétés associées aux espèces privilégiées (les capacités cognitives sophistiquées, le plus souvent).

Dans le cadre de ce colloque, nous nous intéresserons au spécisme et à la manière dont il se compare au racisme, au sexisme et au capacitisme. Nous chercherons à mieux comprendre les phénomènes tels que la discrimination, l’oppression, la domination et la partialité à travers le recoupement des différentes formes qu’ils peuvent prendre, dans l’espoir de découvrir, peut-être, de nouvelles pistes dans les luttes menées contre ces injustices.

Lundi 30 août 2021 

9h00  Mot de bienvenue – Christine Tappolet (UdeM, Directrice du CRÉ) et Kristin Voigt (McGill, Responsable du GRÉEA et co-directrice de l’axe Éthique environnementale et animale du CRÉ)

9h15 – 12h00

Panel #1 – DISCRIMINATION, OPPRESSION ET INTERSECTIONALITÉ

Coorganisatrices: Kristin Voigt (McGill) et Natalie Stoljar (McGill)

Bien que les définitions précises du spécisme, du racisme, du capacitisme, etc. soient controversées, elles présentent souvent ces phénomènes comme des formes d’oppression et des indicateurs d’inégalités et d’injustices structurelles. Cette table ronde cherchera à faire avancer le débat en explorant un certain nombre de questions conceptuelles sur l’oppression, l’injustice structurelle et la discrimination, et les liens qui existent entre elles.

Parmi les questions qui pourraient être abordées, mentionnons les suivantes :

  • Qu’est-ce que l’oppression ? Existe-t-il une caractéristique fondamentale de l’oppression qui se retrouve dans toutes les formes qu’elle peut prendre, par exemple celle qui se fonde sur le sexe, l’appartenance à une espèce, la race ou la situation de handicap ?
  • Certains types d’oppression – comme l’oppression épistémique ou l’oppression intériorisée – sont-ils également pertinents pour chacun de ces différents types d’oppression ?
  • Quels sont les devoirs créés par l’oppression et l’inégalité structurelle, et à qui incombent ces devoirs (par exemple aux victimes, spectateurs, bénéficiaires, etc.) ?
  • Quelle est la relation entre l’oppression et d’autres concepts apparentés, tels que la discrimination et l’injustice structurelle ?
  • Comment l’oppression et l’inégalité structurelle façonnent-elles la perception que les individus ont d’eux-mêmes et des autres, ainsi que les discours publics ? Étant donné les effets persistants et préjudiciables de l’oppression sur les individus, quels sont les outils disponibles pour y remédier ?

Présentations:
Amandine Catala (UQÀM) -« Epistemic Injustice, Intersectionality, and Autism »;
Benjamin Eidelson (Harvard Law) -« Nonhuman Animals and the Concept of Discrimination »;
Natalie Stoljar (McGill) -Oppression and nonhuman animals (brief remarks) ».

13h00 – 16H30

Panel #2 – LE SPÉCISME ET LE SEXISME

Coorganisatrices: Naïma Hamrouni (UQTR), Hannah Carnegy-Arbuthnott (U. of York) et Virginie Simoneau-Gilbert (Oxford U.)

Nombre de femmes historiquement engagées dans la lutte pour les droits des femmes étaient par ailleurs impliquées au sein d’organismes de protection des animaux. Cependant, une partie de la rhétorique utilisée historiquement dans les campagnes féministes a supposé que la meilleure manière de combattre la subordination des femmes était de dénoncer leur déshumanisation et leur animalisation en revendiquant leur appartenance au groupe dominant constitué des êtres humains, par opposition aux autres animaux. Par exemple, le pouvoir des critiques telles que le fait d’être traité « comme un morceau de viande », ou que ceux qui objectivent agissent « comme des porcs » vient de l’invocation implicite d’une hiérarchie de dignité entre les humains et les autres animaux.

L’émergence de ce type de rhétorique dans les milieux féministes n’est peut-être pas surprenante. Un mécanisme important de la subordination patriarcale sur les axes du sexe, de la race et de la classe consiste à relayer les groupes opprimés à un “autre”, en les présentant comme bestiaux et donc non civilisés, ne méritant pas un respect égal.

Pour ceux et celles qui s’opposent au spécisme, cela soulève la question de savoir comment combattre de telles forces oppressives sans réaffirmer une hiérarchie des valeurs entre les humains et les animaux non humains, et de nombreuses (éco)féministes sont précisément opposées aux stratégies d’émancipation qui sont employées au détriment des groupes marginalisés et vulnérables d’individus, dont les animaux non humains. C’est ce qui les amène à critiquer les rapprochements faits entre les femmes et les animaux dans la publicité qui vise à dénoncer le sexisme, parce qu’ils laissent entendre que des pratiques oppressives ne soulèvent un problème moral que lorsqu’elles concernent des femmes, mais non des animaux non humains. À l’inverse, elles s’élèvent aussi contre les campagnes antispécistes misant sur l’instrumentalisation du corps des femmes (comme certaines campagnes de sensibilisation au sort des animaux déployées par l’organisme Peta), qui semblent nuire au féminisme. On pense qu’il est plus juste et qu’il sera sans doute plus efficace de mener ces luttes contre les privilèges injustes de manière convergente et solidaire.

Dans ce panel, seront notamment explorés les rapprochements patriarcuax souvent faits entre les femmes et les animaux non humains par la mise en avant de dualités associées au genre et à la race (sujet/objet; raison/émotion; dépendance/autonomie; instinct et intuition/liberté; nature/culture; vulnérabilité/pouvoir; vie biologique/vie biographique; etc.), par le recours à certains actes de langage (compliments ou insultes animalistes genrés) ou par des pratiques de contrôle du corps ou des fonctions sociales sexuées (reproduction, sphère domestique, servir, soigner, etc.).

Présentations:
Christiane Bailey (Social Justice Centre, Concordia) -« L’écoféminisme et la thèse des destins liés »;
Lauren Corman (Brock U.) -« A Gendered Rubik’s Cube: Slaughterhouse Labour, Violence, and Trauma ».

Commentaires:
Laurie Gagnon-Bouchard (UQTR);
Angie Pepper (U. of Roehampton).

Mardi 31 août 2021

9h30-12h00

Panel #3 –LE SPÉCISME ET LE RACISME

Coorganisateurs: Luc Faucher (UQÀM) et François Jaquet (CRÉ)

À l’origine, le spécisme a évidemment été défini par analogie avec le racisme : tandis que les racistes discriminent en fonction de la race, les spécistes discriminent en fonction de l’espèce. Mais l’analogie ne s’arrête pas là. Selon ses opposants, le spécisme  est injuste pour la même raison qui rend le racisme injuste. Leur argument est simple : le racisme est injuste parce qu’il implique un traitement différentiel en l’absence d’une différence moralement pertinente ; or le spécisme en fait autant ; donc, le spécisme est lui aussi injuste.

Cette analogie entre le spécisme et le racisme constitue bien sûr un sujet sensible. Pendant la plus grande partie de l’histoire humaine, on trouvait acceptable de comparer les « groupes racisés » aux animaux. Que ce ne soit plus le cas est bien sûr un signe de progrès moral. Mais cela révèle aussi le chemin qui reste à parcourir : un jour peut-être le terme « animal » ne sera-t-il plus utilisé comme une insulte.

Dans ce contexte critique, quels parallèles peut-on légitimement établir entre le spécisme et le racisme – quelles sont les perspectives et les limites de cette analogie ? Et quels ponts construire entre l’étude philosophique et scientifique de ces deux formes de discrimination ? Ce panel se fixe pour objectif d’aborder ces questions.

Présentations:
Dalida Awada (UdeM) -« Racisme et spécisme : bien plus qu’une analogie »;
Luc Faucher (UQÀM) -« Sans émotion: comment l’approche émotionnelle du racisme éclaire le spécisme ordinaire »;
François Jaquet (CRÉ) -« Speciesism and Tribalism: Embarrassing Origins ».

13h00-16h30

Panel #4 – LE SPÉCISME ET LE CAPACITISME

Coorganisateur.rice : Jonas-Sébastien Beaudry (McGill) et Valéry Giroux (CRÉ)

Le capacitisme et le spécisme désignent tous deux des oppressions consistant à inférioriser les individus dépourvus des capacités physiques et mentales que possèdent ceux qui sont considérés comme les véritables sujets moraux, politiques et légaux : les êtres humains neurotypiques n’ayant aucun handicap physique. Le capacitisme vise les êtres humains dont le corps ou l’esprit s’éloigne de la norme alors que le spécisme cible les animaux non humains parce qu’on les considère comme dépourvus de certaines capacités cognitives sophistiquées typiquement associées à l’humanité.

À première vue, ces deux types de discriminations semblent avoir plusieurs points en commun et leur théorisation pourrait, l’une par l’autre, être éclairée. On pourrait même comprendre le spécisme comme une forme de capacité. Cependant, les chercheur.se.s en théorie du handicap et ceux.lles qui travaillent en éthique animale ne conçoivent pas toujours l’oppression de la même façon et se sont même parfois affrontés. Par exemple, certains théoriciens du handicap pensent qu’établir des parallèles entre les animaux non humains et les personnes handicapées pourrait dénigrer le statut d’êtres humains vulnérables plutôt que d’élever celui des animaux non humains.

Ce panel réunit des expert.e.s qui s’intéressent à cette tension et cherchent à trouver des solutions pour la surmonter et penser les deux champs d’études de manières compatibles et complémentaires.

Présentations:
Shelley Tremain (BIOPOLITICAL PHILOSOPHY) -« Ableism, Animals, and Apparatuses »;
Agnes Trzak (Activist-scholar) – « Speciesism and Disability: A Story about a disabled Dog, a Duck and the Woman who Cared for Them ».

Commentaires:
Valéry Giroux (CRÉ);
Matthew Palynchuk (McGill).