Injustices environnementales et inégalités / Environmental Injustice and Inequality

January 23, 2019 Leave a comment

Injustices environnementales et inégalités /

Environmental Injustice and Inequality

Atelier du CRÉ / CRE workshop

4 février 2019, 13h30-17h

Salle C-2059, Carrefour des arts et des sciences, Pavillon Lionel-Groulx, Université de Montréal

Quelle est la pertinence du concept d’injustice environnementale? Quels sont les enjeux de redistribution et de réparation dans le champ environnemental? En interrogeant l’intersection des formes d’inégalités (socio-économiques, politiques, spatiales, environnementales), cet atelier vise à réfléchir à la relation entre les injustices environnementales et l’exclusion ou la marginalisation. Il est aussi l’occasion de se demander si et comment le combat pour la protection de l’environnement peut s’inscrire dans une lutte sociale.

How relevant is the concept of environmental injustice? What redistributive and restorative issues do environmental problems raise? In questioning the intersection of geographical, socio-economic, political and environmental inequality, this workshop aims at exploring the relationship between environmental injustices on the one hand and exclusion and marginalization on the other. It also raises the question of whether, and under which conditions, environmental mobilization may be part of a social justice movement.

PROGRAMME

13h30 : What is environmental injustice?/ Qu’est-ce qu’une injustice environnementale?

Are Climate Winners Entitled to their Benefits?”

Justin Leroux (Professeur, Institut d’Économie appliquée, HEC Montréal)

“Justice for Species and Ecosystems”

Gregory Mikkelson (Professor, Department of Philosophy/ School of Environment, McGill)

14h30 : Pause / Break

14h40 : Environnement et justice sociale / Social justice and the environment

“Trickle-Down Debt: From Indebted Utilities to Indebted Users”

Kathryn Furlong (Professeure, Département de Géographie, Université de Montréal)

« L’entreprise, point aveugle des luttes pour la justice sociale et la justice environnementale »

Yves-Marie Abraham (Professeur, Département de Management, HEC Montréal)

15h40 : Justice, climat et migrations / Justice, climate and migrations

« Dénaturaliser les catastrophes naturelles : une analyse politique du statut des réfugiés climatiques »

Ryoa Chung (Professeure, Département de Philosophie, Université de Montréal)

« Les villes sanctuaires : refuges et prisons pour les “sans-papiers” ? »

Margaux Ruellan (PhD en philosophie, Université de Montréal)

16h45: Cocktail

Organisatrices : Florence Larocque (fl2287@columbia.edu) et Juliette Roussin (juliette.roussin@umontreal.ca)

Advertisements

Fillosophie : Alia Al-Saji – Glued to the Image: A Critical Phenomenology of Racialization through Works of Art

January 23, 2019 Leave a comment
Pour sa 39e conférence, Fillosophie reçoit Alia Al-Saji (McGill University), pour une présentation intitulée Glued to the Image: A Critical Phenomenology of Racialization through Works of Art.
La conférence aura lieu au département de philosophie de l’UQAM, salle W-5215, le vendredi 8 février de 13h à 15h. Voici un résumé ci-dessous et une biographie de la conférencière.
La conférence se tiendra en anglais.
Vous pouvez aussi retrouver l’événement sur Facebook, ici https://www.facebook.com/events/2150134938387522/, et sur notre site internet, ici https://fillosophie.com/programmation/.
Nous espérons vous accueillir en grand nombre !
L’équipe de Fillosophie.
Résumé de la conférence :
I develop a phenomenological account of racialized encounters with works of art and film, wherein the racialized viewer feels cast as perpetually past, coming “too late” to intervene in the meaning of her own representation.  This points to the distinctive role that the stereotyped past plays in mediating and constructing our self-images.  I draw on experiences of three exhibitions that take Muslims and/or Arabs as their subject matter and that ostensibly try to subvert racialization, while reproducing some of its tropes. My examples are the Benjamin Constant exhibition at the Montreal Museum of Fine Arts (2015); the permanent exposition Welten der Muslime at the Ethnologisches Museum in Berlin; and a sculptural installation at the Leeds City Art Gallery, created in response to the imperial power painting, General Gordon’s Last Stand, that is housed there.
My interest is in how artworks may contribute to the experience of being racialized.  I argue – drawing on Frantz Fanon’s Peau noire, masques blancs – that this is not only a conscious confirmation of the existence of racial stereotypes, but an intensification and amplification in their affective life and embodied effects. They saturate my temporal horizons as a racialized subject, the atmosphere that I breathe, and the structures of practical and perceptual possibility that I can live. Finally, from a critical-race and feminist phenomenological perspective, I ask whether, and how, it may be possible to interrupt this amplification of racial stereotypes by means of aesthetic work itself—opening the way not only to social critique but to different affective relationships to the images of racialized groups.
Bio : Alia Al-Saji has a PhD in Philosophy from Emory University (2002), following an MA in Philosophy from K. U. Leuven (1995) and a Bachelor of Arts & Science (McMaster University, 1993).  She has taught at McGill since 2002.  Her work brings together and critically engages 20th-century phenomenology and French philosophy, on the one hand, and critical race, decolonial, and feminist philosophies, on the other.  Running through her research is an abiding concern for questions of time and embodiment, the intersection of which she seeks to philosophically elaborate. In 2009, she was awarded a residence fellowship at the Camargo Foundation in Cassis, France, and in 2012 she was a resident fellow at the Institute of Advanced Study in Durham University, UK. Al-Saji was the Co-Director of the Society for Phenomenology and Existential Philosophy (SPEP), the second largest philosophical association in North America, from 2014 to 2017.  She is currently a co-editor of the Symposia on Gender, Race and Philosophy and the Feminist Philosophy section editor of Philosophy Compass.

Conference by Dr. Wendy Lipworth (University of Sydney) – Thursday January 17th @ 11 AM

January 16, 2019 Leave a comment

We are pleased to invite you to a special conference tomorrow by Dr. Wendy Lipworth (University of Sydney) titled “Making moral sense of stakeholder perspectives on medicines funding”.

When: Thursday January 17th at 11AM

Where: Institut de recherches cliniques de Montréal, 110 avenue des Pins Ouest, Salle André-Barbeau

What : Dr. Wendy Lipworth “Making moral sense of stakeholder perspectives on medicines funding”.

We hope to see you there!

Deux conférences au campus Longueil de l’Université de Sherbrooke

January 14, 2019 Leave a comment

André Duhamel, Université de Sherbrooke

“Le monde du care”

Jeudi le 24 janvier 2019 à 17h00

Visioconférence :

Longueuil, local 3650

Sherbrooke, local A1-228

Événement organisé par l’Association des étudiantes et étudiants du Département de philosophie et d’éthique appliquée

Le care fait de longue date partie de nos intuitions et de nos pratiques morales sous les noms de sollicitude, bienveillance, relations de soins, etc. La critique féministe de la fin du 20e siècle lui a cependant conféré une cohérence et une portée critique nouvelle, au point de constituer une éthique et une politique spécifiques ; c’est cette apparition et extension du monde du care que nous voudrions retracer.

Carol Giligan (In a Different Voice, 1982), inaugure cette approche dans son travail en psychologie morale. Elle distingue une voix éthique différente, féminine, marquée par l’importance accordée aux relations, aux émotions, au contexte, à la particularité des individus et à la responsabilité personnelle, proche en cela de l’éthique appliquée qui apparaît au même moment. Joan Tronto (Un monde vulnérable, 1993) développe ensuite une politique féministe du care, qui le considère comme un travail d’entretien de la vie et du soin envers nos vulnérabilités, inégalement réparti selon le genre et la position sociale. Depuis, le care est devenu un outil critique fécond dans tous les aspects de la vie des organisations, de la démocratie politique, des relations internationales et de l’environnement. Quel sera son destin au 21e siècle ? Ce sera notre question finale.

——————————————————————————–

Priscyll Anctil-Avoine, doctorante à l’UQAM

“Le terrain en zones de conflit armé : éthique féministe de la recherche”

Jeudi 21 février 2019, 17h00

Visioconférence :

Longueuil : local 3650   Sherbrooke : local A1-228

Événement organisé par l’Association des étudiantes et étudiants du Département de philosophie et d’éthique appliquée

Le travail en zones de conflits pose différents problèmes éthiques pour la recherche féministe. Cette conférence cherche à proposer des pistes de réflexion sur les dilemmes qui se dessinent lors d’un travail de terrain marqué par la violence et les conflits politiques à partir d’une perspective féministe en relations internationales. Le cas à l’étude qui sera présenté est celui du conflit armé colombien, plus particulièrement des femmes combattantes dans les groupes armés de gauche.

Conférence annulée

January 11, 2019 Leave a comment

We regret to inform you that we will need to cancel Dr. Annie Pullen Sansfaçon’s seminar for the Montreal Health Ethics Seminar Series on January 31st.

Our next seminar, presented by Dr. Matthew Hunt (McGill University), will be on February 21st. We will keep you updated with information about this talk!

Sincerely,

_____________________________________

Nous sommes désolés de vous informer que le séminaire du Dr. Annie Pullensansfaçon prévue le 31 janvier prochain dans le cadre de la Série de séminaires de Montréal en éthique de la santé est annulé.

Notre prochain séminaire aura lieu le 21 février prochain et nous y accueillerons le Dr. Matthew Hunt (McGill University). Nous vous tiendrons informé(e)s concernant cette prochaine conférence!

Sincèrement,

Corinne Lajoie, MPhil

Research Coordinator, Pragmatic Health Ethics Research Unit

Émotions et démocratie

January 10, 2019 Leave a comment

Émotions et démocratie

Les moments où « l’Histoire sort de ses gonds » (Michelet)

Le rôle politique des émotions et leurs effets d’ébranlement dans la culture démocratique nous intéresseront tout au long du cycle conjoint de cette année académique 2018-19. Nous scruterons les moments décisifs quand les autorités en place prennent peur et qu’elles transforment cet effroi en le projetant vers leurs ennemis, intérieurs ou extérieurs. Ce qui implique tout  autant le passage par  les représentations que  leur  transcription en termes d’actions politiques,  de revendications populaires,  de luttes de groupes.

On se demandera comment ces phénomènes qui traversent l’Histoire et qui accompagnent les révolutions, de l’Antiquité à la Modernité, relèvent également des  combats d’opinion, des rivalités de l’imaginaire, et aussi de leurs déclinaisons  concrètes dans  des  émotions et autres passions, qu’elles soient canalisées par  des rites, du décorum, des discours, des manifestations, des  massacres, des exécutions ou des fêtes collectives de l’unité rêvée.

Hiver 2019

Jeudi 21 février: Vanessa Molina (Institut Grammata-UOttawa), Joseph Jacotot et John Dewey : émotion, pensée et émancipation. Avocat du diable : Yves Couture (Sc. Po-UQAM).

Jeudi 7 mars: Paul Dumouchel (Ritsumeikan University, Japon), Passions en politique. Avocate du diable : Sandrine Roux (Philo-UQAM).

Jeudi 28 mars: Olivier Contensou, Les traditions démosthéniennes en France et en Allemagne (1691-1807), Avocat du diable : Alexis Richard (Institut Grammata-UQAM).

Jeudi 11 avril: Jean-Marc Narbonne (CRC ACME-Philosophie-ULaval, Thórubos (tumulte) et stásis (soulèvement) dans la polis grecque, Avocat du diable : Pascal Bastien (Histoire, UQAM). (Cette séance se déroulera à Laval et sera suivie du lancement de L’esprit critique dans l’Antiquité. Critique et licence dans la Grèce antique, tome 1.)

Stéphanie Ruphy – Le pluralisme scientifique implique-t-il le pluralisme métaphysique (ou vice-versa) ?

January 8, 2019 Leave a comment
Le Réseau Montréalais de philosophie des sciences vous invite à sa prochaine conférence (en français) :
The Montreal Philosophy of Science Network invites you to our next conference (to be held in French):
Le pluralisme scientifique implique-t-il le pluralisme métaphysique (ou vice-versa) ?
Stéphanie Ruphy
Université Lyon 3
Vendredi / Friday
25 Jan 2019
15h00-17h00
UQAM
Pavillon Thérèse-Casgrain (W)
salle W-5215
455, boul. René-Lévesque Est
Montréal, H2L 4Y2
Résumé / Abstract
Le débat philosophique actuel sur l’unité ou la pluralité des sciences frappe d’emblée par son caractère multiforme. Je proposerai dans un premier temps une rapide cartographie du débat, distinguant trois principaux registres d’argumentation (« Langages, méthodes et objets », «Relations interthéoriques » et « Représentations »). Mon propos se concentrera ensuite sur le rôle que peuvent jouer des considérations métaphysiques sur l’ordre ou le désordre du monde dans le développement d’une position pluraliste à l’égard des sciences, et je défendrai une position « internaliste » en la matière. Enfin, j’interrogerai, à la lumière du pluralisme scientifique, le bien fondé et les limites des projets de naturalisation de la métaphysique.