Home > Uncategorized > Michaël Lessard – Le droit de vie ou de mort sur l’animal : Quelle évolution depuis la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles?

Michaël Lessard – Le droit de vie ou de mort sur l’animal : Quelle évolution depuis la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles?

November 4, 2020 Leave a comment Go to comments

Le Groupe de recherche en éthique environnementale et animale (GRÉEA) a le plaisir de vous inviter à son prochain événement en ligne :

Michaël Lessard, University of Toronto, « Le droit de vie ou de mort sur l’animal : Quelle évolution depuis la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles? » (voir résumé ci-dessous). La conférence aura lieu sur ZOOM mercredi 18 novembre 2020 à 12h (EST).

La préinscription par courriel est requise : ely.mermans@umontreal.ca

Pour toute question sur l’accessibilité de l’événement, n’hésitez pas à nous contacter (présence d’un·e interprète LSQ à confirmer).

The Research Group in Environmental and Animal Ethics (GRÉEA) is pleased to invite you to its next online event:

Michaël Lessard, University of Toronto, « Le droit de vie ou de mort sur l’animal : Quelle évolution depuis la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles? »(see abstract below).This event will be held through ZOOM on November 18, 2020 at 12:00 pm (EST).

Registration by e-mail is required:ely.mermans@umontreal.ca

For any accessibility issues, please feel free to contact us (LSQ interpretation to be confirmed).

Résumé Notre rapport juridique avec les animaux a-t-il changé depuis la réforme du droit animalier de 2015 ? Le Code civil du Québec établit clairement que « [l]es animaux ne sont pas des biens / [a]nimals are not things » mais bien « des êtres doués de sensibilités / sentient beings ». De plus, la Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal prévoit de nouvelles protections juridiques visant à encadrer ce constat. Malgré ces changements législatifs, beaucoup doutent que le droit de mise à mort arbitraire des animaux non humains ait évoluée. Qu’en est-il vraiment ?
Dans cette présentation, l’auteur soutiendra que la réforme du droit animalier limite le droit de vie ou de mort que les êtres humains exercent sur les animaux non humains. Il constate d’abord que les tribunaux considèrent que cette réforme n’a imposé aucune restriction à l’euthanasie ou l’abattage des animaux, hormis dans la méthode. Il explique ensuite en quoi cette interprétation de la réforme du droit animalier, qui conclut à la survie d’un droit de mise à mort arbitraire, est erronée. Enfin, il expose comment, sans nécessiter des modifications législatives, l’évolution des mentalités au cours des prochaines décennies pourra également affecter le droit de tuer arbitrairement les animaux.

  1. No comments yet.
  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: