Home > Uncategorized > Rachad Antonius – Radicalisation et islamophobie : le débat est mal parti

Rachad Antonius – Radicalisation et islamophobie : le débat est mal parti

January 11, 2016 Leave a comment Go to comments

Vous êtes cordialement invités 

à la conférence de M. Rachad Antonius, Radicalisation et islamophobie : le débat est mal parti

le 20 janvier à la salle des Boiseries (J-2805, entrée rue St-Denis) à midi 30

dans le cadre du projet « Radicalisation islamique, politique identitaire et questions citoyennes », piloté par Mounia Aït Kabboura (doctorante-Chaire Unesco de philosophie)

(Détails ci-dessous)


Conférences-Débats

Session Automne 2016

12h30-14h00

Les 20 janvier ; 10 février ; 10 mars ; 14 avril 2016

Dans le cadre du projet « Radicalisation islamique, politique identitaire et questions citoyennes », piloté par Mounia Aït Kabboura (doctorante), la chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique propose, cette session d’Automne 2016, une série de conférences-débats, de 12h30 à 14h00, sur la radicalisation islamique en Occident. Les conférenciers cherchent à démonter la logique interne de la radicalisation selon trois  dynamiques complexes et enchevêtrées :

1- la dynamique de l’Islam en Occident dans les rapports étroits avec l’Islam politique et l’Islam traditionnel dans le monde islamique;

2- la dynamique de la construction identitaire nationale postmoderne dans ses rapports complexes avec les identités culturelles et religieuses immigrantes et la question des inégalités sociales et d’intégration;

3- La dynamique «post-printemps arabe», marquée par la montée des demandes fortes de démocratisation et de sécularisation brimée depuis la Nahda et le réveil des sentiments de victimisation et d’humiliation dus au processus historique de la mémoire coloniale et post coloniale.

1

Radicalisation et islamophobie : le débat est mal parti

Conférence de Rachad Antonius

Sociologue et professeur à l’Université du Québec à Montréal. Membre du Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté de l’UQAM

Le 20 janvier 2016

12h 30 à 14h

Pavillon Judith-Jasmin – UQAM

J-2805, entrée rue St-Denis

Salle des Boiseries

Résumé

Les attentats de Paris ont ramené au premier plan la question du rapport entre les citoyens musulmans des pays occidentaux et les majorités dans ces pays. Une tendance importante, dans les sciences sociales, explique la radicalisation violente des jeunes de banlieues comme étant le résultat, avant tout, de l’exclusion sociale, elle-même expliquée comme étant une des nombreuses expressions de l’islamophobie. Dans cette approche, la montée de l’islamisme comme cause de tension est écartée des schèmes explicatifs, et les appels à la réforme de l’islam sont même vus comme une façon additionnelle de stigmatiser les musulmans.

Nous croyons que cette approche est plus idéologique que scientifique, et qu’elle ne permet pas de comprendre les dynamiques en jeu, et encore moins de trouver des pistes de solution. Nous nous proposons d’examiner l’utilisation du concept d’islamophobie de façon critique, et de proposer d’autres lectures de la radicalisation qui tiennent compte des facteurs idéologiques et géostratégiques.

  1. No comments yet.
  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: