Home > cfp, metaphysics, philosophy of biology, philosophy of science, spq > Appel de résumés: Émergence, individualité, fonctions : Enjeux métaphysiques en philosophie des sciences biologiques

Appel de résumés: Émergence, individualité, fonctions : Enjeux métaphysiques en philosophie des sciences biologiques

December 2, 2012 Leave a comment Go to comments

Émergence, individualité, fonctions : Enjeux métaphysiques en philosophie des sciences biologiques

Appel de résumés pour une table ronde

Dans le cadre du Congrès de la Société de philosophie du Québec

Université Laval, Québec, 7 au 9 mai 2013

La philosophie des sciences a pris une ampleur considérable au début du 20e siècle, sous l’égide du positivisme logique, comme, d’une part, une réaction à la métaphysique, et de l’autre, une entreprise extérieure à la pratique scientifique se spécialisant dans les discussions des enjeux épistémologiques soulevés par celle-ci. On a toutefois assisté, depuis les dernières décennies, à un retour des préoccupations métaphysiques en philosophie des sciences, en partie suite à une prise de conscience quant aux enjeux de ce type soulevés par les sciences elles-mêmes. La philosophie des sciences a alors progressivement assumé un nouveau rôle : celui de collaborateur avec la science dans le traitement des questions métaphysiques fondamentales qu’elles suscitent.

Ceci est particulièrement vrai en philosophie des sciences biologiques. La biologie s’étant constituée théoriquement dans un cadre pré-darwinien et parfois même vitaliste, plusieurs de ses concepts centraux semblent parfois suggérer des aspects métaphysiques difficilement réconciliables avec la visée naturaliste de la science contemporaine. C’est le cas par exemple du concept d’espèce, qui suggère un essentialisme à première vue peu compatible avec la variabilité du vivant affirmée par la théorie de l’évolution. C’est aussi le cas du concept de fonction, qui semble suggérer une forme de téléologie. Même des concepts aussi intuitifs que ceux d’individu et d’organisme font l’objet d’examen critique, les intuitions les plus nettes à leur sujet se trouvant brouillées, notamment devant l’existence de symbioses et d’organisme clonaux dont l’individuation demeure problématique. Une clé de l’analyse de l’enjeu de l’individualité biologique se trouve possiblement dans le débat sur les unités et les niveaux de sélection, un débat dont plusieurs concepts restent encore aujourd’hui à clarifier.

L’écologie soulève aussi des enjeux métaphysiques importants. L’opposition holisme/réductionnisme, par exemple, soulève la question de savoir si les communautés biotiques, les écosystèmes, voire la biosphère, sont des entités émergentes dont les propriétés et processus jouissent d’une certaine indépendance par rapport à leurs composantes. Cet enjeu est intimement lié à celui du concept de fonction tel qu’il est appliqué dans les théories écologiques. Plusieurs recherches en écologie portent sur les rapports entre structure et fonction, et sur la redondance, c’est-à-dire l’« équivalence fonctionnelle » entre les espèces. Les théories contemporaines dominantes expliquent l’organisation fonctionnelle en biologie par l’histoire évolutionnaire, qui a pu sélectionner certaines fonctions parce qu’adaptatives. Or, si tous les écosystèmes ne sont pas des unités de sélection, ces théories semblent incapables de rendre compte de l’attribution de fonctions telle qu’elle prend forme en écologie.

Les exemples précédents témoignent de l’ampleur du questionnement métaphysique que suscitent les sciences du vivant. À cette table ronde, nous aimerions rassembler des chercheurs qui s’intéressent à ses questions ou d’autres connexes sous des angles disciplinaires divers, et qui ont envie de présenter une contribution d’environ 30 minutes incluant une période de discussion. Les intéressés peuvent soumettre une proposition sous la forme d’un résumé anonyme d’environ 300 mots accompagné d’un titre, en l’envoyant soit à Anne-Marie Gagné (anne-marie.gagne-julien@umontreal.ca) ou à Antoine C. Dussault (antoine.corriveau-dussault@umontreal.ca), d’ici le 10 décembre 2012.

Veuillez noter que la participation à la table ronde nécessitera une adhésion à la SPQ (spq.uqam.ca) et une inscription au 81e Congrès de l’ACFAS (acfas.ca). La SPQ pourra rembourser une partie de vos frais de transport et d’hébergement à la condition que vous participiez à l’Assemblée générale annuelle qui se tiendra pendant le Congrès.

Comité scientifique :

Anne-Marie Gagné

Antoine C. Dussault

  1. No comments yet.
  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: