Home > Uncategorized > Jean-Luc Marion – L’homme sans définition

Jean-Luc Marion – L’homme sans définition

Conférence : vendredi 11 septembre 2009  à 11h00, Université de Montréal, salle Z-317

L’homme sans définition

Jean-Luc Marion, philosophe, université de Paris-Sorbonne et Université de Chicago.

Le département de philosophie et le Cerium de l’université de Montréal auront le plaisir d’accueillir Jean-Luc Marion le vendredi 11 septembre 2009, à 11 heures, Salle Z-317, Université de Montréal. Un buffet, ouvert à tous, suivra la conférence.

Jean-Luc Marion est l’un des philosophes contemporains les plus importants. Il est actuellement professeur à l’université de Paris IV (Paris-Sorbonne), où il succède à E. Levinas, ainsi qu’à l’université de Chicago, où il succède à P. Ricoeur. Il est également membre de l’Académie française, où il succède à Monseigneur Lustiger. Son oeuvre se distribue en trois espaces distincts : l’histoire de la philosophie, la théologie et la phénoménologie. Ses travaux d’histoire de la philosophie (comme l’ontologie grise de Descartes, Sur le prisme métaphysique de Descartes, etc.) l’ont conduit, dans le sillage de Heidegger, à proposer une déconstruction de la métaphysique et une relecture de son histoire. Ses travaux plus théologiques (tels L’idole et la distance, Dieu sans l’être, etc.) l’ont conduit, contre Heidegger, à proposer de penser au delà de l’être. Ses travaux en phénoménologie, enfin, l’ont amené, à partir de Husserl et Levinas, à proposer deux concepts majeurs : d’une part le concept de « donation » qui organise et unifie les différentes avancées de la phénoménologie (voir sur ce point, outre son célèbre débat avec Derrida sur le don, ses deux textes majeurs Réduction et donation et Étant donné) ; d’autre part, le concept de « phénomène saturé », (voir ses textes comme : De surcroît ou Le phénomène érotique) qui, déployant la thématique de l’excès d’intuition, accomplit ainsi un thème à l’uvre tant chez Kant (l’art), que chez Husserl (le corps de chair) ou encore Levinas (le visage d’Autrui qui me regarde). Ces trois espaces distincts ont convergé dans son tout dernier ouvrage : Au lieu de soi, approche de ST Augustin, PUF, septembre 2008.

Isabelle Thomas-Fogiel

  1. No comments yet.
  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: