Home > citoyenneté, démocratie, mondialisation, politique, unesco, uqam > Jules Duchastel – Mondialisation, citoyenneté et démocratie. La modernité politique en question.

Jules Duchastel – Mondialisation, citoyenneté et démocratie. La modernité politique en question.

Dans le cadre des “Grandes conférences de la Chaire”, et pour souligner l’ampleur et la fécondité des travaux du professeur Jules Duchastel à la Chaire de recherche du Canada MCD, vous êtes cordialement invités à la conférence qu’il donnera le jeudi 24 avril 2008 à 18h00 à la salle D-R200, pavillon Athanase-David, 1430 rue Saint-Denis: “Mondialisation, citoyenneté et démocratie. La modernité politique en question”.

Le professeur Joseph-Yvon Thériault qui lui succède comme titulaire à la Chaire MCD animera la séance. Un cocktail sera servi à la fin de la séance accompagnant le lancement de l’ouvrage collectif interdisciplinaire “Les signes de la justice et de la loi dans les arts” dans la collection de la Chaire “Mercure du Nord” aux PUL ainsi que des titres récents de la collection “Verbatim” (PUL).

Résumé de la conférence

Le programme de recherche de la chaire MCD s’est élaboré autour de l’observation de processus de transformation des institutions constitutives de la modernité politique : l’État nation, la citoyenneté et la démocratie. Le point de vue alors était de mettre en lumière les transitions d’un état de ces catégories à un autre. La mondialisation était conçue comme érosion de l’État nation et constitution d’un nouvel espace politique transnational. La citoyenneté était saisie à travers l’importance toujours accrue de ses particularismes au détriment de l’universalisme des droits de l’homme. La démocratie était caractérisée par l’opposition entre un modèle représentatif en crise et l’invention de nouvelles modalités de participation. Quelques années plus tard, on observe un changement de perspective dans l’observation de ces phénomènes. Alors que la mondialisation semble de moins en moins contestée dans sa spécificité actuelle, on constate paradoxalement un retour de l’État qui se manifeste dans le regain du protectionnisme, dans le repli sécuritaire, dans l’affirmation renouvelée des ambitions hégémoniques, enfin dans la redécouverte de la nécessité de l’État comme fondement incontournable de la régulation des sociétés. Par ailleurs, ce qui était lu péjorativement comme fragmentation identitaire ou plus positivement comme expression de la diversité n’est plus uniquement conçue comme alternative à l’universalisme des droits, mais comme entrant perpétuellement dans un rapport dialectique avec celui-ci. Enfin, la nouvelle idéologie de la participation démocratique fait l’expérience tous les jours répétée de l’épreuve de la légitimité et de l’efficacité.

  1. ysengrimus
    May 1, 2008 at 11:23 pm

    La mondialisation et le Tiers-Monde, cocktail puissamment explosif…

    http://ysengrimus.wordpress.com/2008/05/01/le-capitalisme-se-deploie-sur-une-sphere-finie/

    Paul Laurendeau

  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: