Home > karl kraus, médias, zone libre > J. Bouveresse et N. Baillargeon à propos de Karl Kraus

J. Bouveresse et N. Baillargeon à propos de Karl Kraus

AU COMMENCEMENT, LES MÉDIAS ÉTAIENT DÉJÀ PIRES

Causerie avec Jacques Bouveresse et Normand Baillargeon
À propos de Karl Kraus, satiriste et prophète

LE SAMEDI 12 MAI ENTRE 14 ET 17 H

Librairie Zone libre
262, rue Sainte-Catherine Est, Montréal
Entrée libre, SVP réservez

« À la différence de beaucoup d’autres, Kraus, qui défend le point de vue de l’intellect critique, est convaincu que, pour conserver une chance de réussir à comprendre ce qui est en train de se passer, il faut avoir choisi l’extériorité la plus complète possible par rapport au monde politique et aux médias, qui, une fois de plus, se sont mis au service de ce que le premier est capable de produire de pire. Ce qui est nécessaire en plus de cela n’est pas aussi complètement hors de portée qu’on pourrait le croire; il suffit par exemple, pour obtenir une bonne partie des éclaircissements nécessaires sur les “énigmes” sanglantes de [la venue du nazisme], de lire
“le plus grand poème de l’Allemagne” : le Faust de Goethe.»

– Jacques Bouveresse, préface à Troisième nuit de Walpurgis de Karl Kraus (Agone, 2005).

À propos des conférenciers

Jacques Bouveresse dit de lui-même qu’il est un philosophe « assez peu français ». Dans la tradition rationaliste, il fut l’un des principaux introducteurs de la philosophie analytique dans l’espace francophone; au travers notamment de ses commentaires, depuis les années 1970, de Ludwig Wittgenstein. Spécialiste en philosophie des sciences, il utilise largement dans son travail des littéraires comme Robert Musil et Karl Kraus. Il est aussi connu pour des ouvrages critiques sur certaines errances dans les mœurs intellectuelles (des « nouveaux philosophes » au postmodernisme ou à l’héritage heideggérien); et sur la responsabilité de la presse dans la dégradation morale en régime démocratique. Aujourd’hui professeur au Collège de France, où il occupe la chaire de philosophie du langage et de la connaissance, Jacques Bouveresse recevra lors de passage à Montréal un doctorat Honoris causa à l’UQAM.

Normand Baillargeon est professeur à l’UQAM où il enseigne les fondements de l’éducation. Auteur de plusieurs ouvrages sur l’éducation, la philosophie, la pensée critique, la poésie et l’anarchisme, Normand Baillargeon écrit pour de nombreuses publications alternatives (Le Couac, À bâbord !, Médianes, Le Québec sceptique, etc.) et est également l’auteur du Petit cours d’autodéfense intellectuelle (Lux Éditeur, 2005). Il est aussi connu pour ses nombreuses interventions publiques contre le «renouveau pédagogique» (la «réforme» constructiviste de l’éducation) qui se met en place dans les écoles québécoises. Normand Baillargeon s’intéresse également à l’économie et à la démocratie participative de même qu’à la critique des
médias.

Pour info : Librairie Zone libre : 514-844-0756 / Lux Éditeur : 514-521-5499 / http://www.agone.org

  1. asher
    May 8, 2007 at 5:37 am

    j’y serais bien venu, mais l’atlantique m’y sépare…

    bien que différents, les deux bonhommes sont très intéressants, et passablement assanissants par les temps difficiles et plains de mépris, de bêtise et de méchanceté que nous sommes bien obligés de vivre…

    ici, en françaille, vient d’être élu le président le plus libéral-réactionnaire, le plus méprisant et méprisable depuis bien longtemps.
    ici c’est pas la fête…

    bien le bonjour à montréal philosophe et lointain

  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: